Accueil
Page 1
les locatios
reglementation
paludisme
janvier
histoire
fête des femmes
fête des hommes
sempe kaloon
la royauté
le kankouran
les fétiches
aller à Kaf
réceptifs
aller à Boko
hillol
les bolons
sculteurs
le carnaval
vente de maison
les locatios
culture du riz
le palmier
le village
pecheurs
Page 37
liens

Le Kankouran

 - Dans le fogni les initiations étaient animées par la présence d'un masque d'origine malinkés : le kankouran. Il incarne l'esprit du bois sacré masculin, ancien lieu d'adoration totémique. Il se présente sous la forme d'un être couvert des pieds à la tête d'un vêtement orange et coiffé d'un masque composé de larges bandes d'écorce rouge. Tout le monde peut le voir avant et après le stage. Avant, il sème la panique parmi les enfants et les femmes, car il sort entouré d'un groupe d'hommes armés de rameaux et de batons. Le cortège s'avance dans les rues du village en chantant au son des tam-tam les enfants curieux et craintifs, s'approchent et s'enfuient dans tous les sens. Le kankouran frappe n'importe qui même les vieux, et le spectacle d'un ancien piétinés et flagellés impressionnent l'enfant qui voit que personne n'échappe à la dure loi du masque présent pendant le stage initiatique, il accroît l'anxiété des futurs initiés. À la fin du stage le kankouran devient plus humain et participe en dansant à l'allégresse générale.

Chez les Karones à kafountine, le kankouran était beaucoup plus brutal, d'abord il est toujours seul, sauf pendant les initiations où il est aidé d'un ou plusieurs autres kankouran, en tout cas jamais avec des "civils". Couvert des pieds à la tête d'un habit fait de fibres d'écorce rouge, armé d'une machette dans chaque main, et poussant des cris caractéristiques reconnus par tous et qui glacent le sang, il sème la terreur dans tout le village

son apparition peut avoir plusieurs raisons: la première, la principale, est pendant les initiations de protéger les enfants du monde extérieur mais aussi de les inquiéter. Un rôle de croque-mitaine en somme.

La deuxième, lorsqu'il y avait un problème au village, morts nombreuses inexpliquées par exemple. c'est là où le kankouran est le plus dangereux dès la tombée de la nuit, les rues de Kafountine se vident comme par enchantement, la nouvelle de sa sortie se répend comme une traînée de poudre et tout le monde se cloître chez soi, malheur à celui qui ne peut rentrer à temps et qui se fait surprendre , il est violemment frappé avec le plat de la machette. C'est là probablement ce que nous appelerions une psychothérapie de groupe.

La troisième raison est beaucoup plus terre à terre, empêcher les enfants de cueillir les mangues ou autres fruits avnt qu'ils ne soient mûrs, pour celà il accroche à chaque arbre à protéger une sorte de petite croix en feuille de palmier. Et personne ne touche aux fruits tant que le kankouran n'est pas revenu l'enlever, sans oublier de frapper quelques passants histoire de marquer les esprits.


Il y a quelques années de celà pendant les initiations au bois sacré, un sénégalais probablement étranger au village car je n'imagine pas un villageois transgresser l'interdit, essaya de pénétrer dans le bois sacré. Il fut arrêté par les vieux qui le sermonèrent et le jetèrent dehors . Quelques jours plus tard, le même homme essaya de nouveau, mais là, ce ne fut pas la même chanson. Il tomba nez à nez avec le kankouran qui lui expliqua non pas avec le plat mais avec le tranchant de sa machette qu'il n'avait pas à se trouver là. L'homme eut la vie sauve mais passa quelques semaines à l'hopital profondément entaillé à la tête et aux bras.


Une petite anecdote qui montre la peur que peut inspirer le kankouran même chez des personnes d'un certain age. Mon terrain était situé tout près du bois sacré. A l'époque je n'avais pas encore construit et je m'y rendais tous les matins pour le nettoyer et jardiner. Arrive le temps des circoncisions et de loin en loin, j'apercevais le kankouran qui tournait autour du bois sacré. Un jour un vieux venant de la brousse, monté sur une petite charette tirée par un âne pénètre précipitamment sur mon terrain par le portail laissé ouvert. Courbé derrière la clôture, je le vois surveiller pendant dix bonnes minutes les allées et venues du kankouran, tout à coup celui-ci ayant probablement quitté le chemin qui mène au village, le vieux remonte précipitamment sur sa charette et debout sur le plateau pour frapper plus commodément son âne, s'enfuir au triple galop. Même Ben Hur sur son char n'aurait pu le rattraper. Je me suis toujours demandé comment il avait fait pour rester debout malgré les cahots


Maintenant les sorties du kankouran sont plus rares et moins violentes, encore que... Lors des dernières circoncisions au mois de mars 2008, normalement sans soirée dansante pendant cette période, bravant l'interdit une petite soirée avait été organisée au "Kompo". Vers minuit passe au milieu des danseurs "le petit Kankouran" et s'en va, tout le monde a compris l'avertissement et quitte précipitamment les lieux, sauf bien entendu quelques bravaches qui continuent comme si de rien n'était. Arrive alors le "grand Kankouran" qui nettoie les lieux à grands coups de machette, le lendemain à l'hopital couture générale pour recoudre les blessés.Chez les Karones à kafountine, le kankouran était beaucoup plus brutal, d'abord il est toujours seul, sauf pendant les initiations où il est aidé d'un ou plusieurs autres kankouran, en tout cas jamais avec des "civils". Couvert des pieds à la tête d'un habit fait de fibres d'écorce rouge, armé d'une machette dans chaque main, et poussant des cris caractéristiques reconnus par tous et qui glacent le sang, il sème la terreur dans tout le village

son apparition peut avoir plusieurs raisons: la première, la principale, pendant les initiations, de protéger les enfants du monde extérieur mais aussi de les inquiéter. Un rôle de croque-mitaine en somme.

La deuxième, lorsqu'il y avait un problème au village, morts nombreuses inexpliquées par exemple. c'est là où le kankouran est le plus dangereux dès la tombée de la nuit, les rues de Kafountine se vident comme par enchantement, la nouvelle de sa sortie se répend comme une traînée de poudre et tout le monde se cloître chez soi, malheur à celui qui ne peut rentrer à temps et qui se fait surprendre , il est violemment frappé avec le plat de la machette. C'est là probablement ce que nous appelerions une psychothérapie de groupe.

La troisième raison est beaucoup plus terre à terre, empêcher les enfants de cueillir les mangues ou autres fruits avnt qu'ils ne soient mûrs, pour celà il accroche à chaque arbre à protéger une sorte de petite croix en feuille de palmier. Et personne ne touche aux fruits tant que le kankouran n'est pas revenu l'enlever, sans oublier de frapper quelques passants histoire de marquer les esprits.


Il y a quelques années de celà pendant les initiations au bois sacré, un sénégalais probablement étranger au village car je n'imagine pas un villageois transgresser l'interdit, essaya de pénétrer dans le bois sacré. Il fut arrêté par les vieux qui le sermonèrent et le jetèrent dehors . Quelques jours plus tard, le même homme essaya de nouveau, mais là, ce ne fut pas la même chanson. Il tomba nez à nez avec le kankouran qui lui expliqua non pas avec le plat mais avec le tranchant de sa machette qu'il n'avait pas à se trouver là. L'homme eut la vie sauve mais passa quelques semaines à l'hopital profondément entaillé à la tête et aux bras.


Une petite anecdote qui montre la peur que peut inspirer le kankouran même chez des personnes d'un certain age. Mon terrain était situé tout près du bois sacré. A l'époque je n'avais pas encore construit et je m'y rendais tous les matins pour le nettoyer et jardiner. Arrive le temps des circoncisions et de loin en loin, j'apercevais le kankouran qui tournait autour du bois sacré. Un jour un vieux venant de la brousse, monté sur une petite charette tirée par un âne pénètre précipitamment sur mon terrain par le portail laissé ouvert. Courbé derrière la clôture, je le vois surveiller pendant dix bonnes minutes les allées et venues du kankouran, tout à coup celui-ci ayant probablement quitté le chemin qui mène au village, le vieux remonte précipitamment sur sa charette et debout sur le plateau pour frapper plus commodément son âne, s'enfuir au triple galop. Même Ben Hur sur son char n'aurait pu le rattraper. Je me suis toujours demandé comment il avait fait pour rester debout malgré les cahots


Maintenant les sorties du kankouran sont plus rares et moins violentes, encore que... Lors des dernières circoncisions au mois de mars 2008, normalement sans soirée dansante pendant cette période, bravant l'interdit une petite soirée avait été organisée au "Kompo". Vers minuit passe au milieu des danseurs "le petit Kankouran" et s'en va, tout le monde a compris l'avertissement et quitte précipitamment les lieux, sauf bien entendu quelques bravaches qui continuent comme si de rien n'était. Arrive alors le "grand Kankouran" qui nettoie les lieux à grands coups de machette, le lendemain à l'hopital couture générale pour les blessés.