Accueil
Page 1
les locatios
reglementation
paludisme
janvier
histoire
fête des femmes
fête des hommes
sempe kaloon
la royauté
le kankouran
les fétiches
aller à Kaf
réceptifs
aller à Boko
hillol
les bolons
sculteurs
le carnaval
vente de maison
les locatios
culture du riz
le palmier
le village
pecheurs
Page 37
liens

Excursion à Boko dans les îles du Bliss

       Si l'aventure vous tente, prévoyez de l'eau et de la nourriture et surtout des spirales et des lotions anti-moustiques, car si vous avez la malchance de bénéficier d'une attaque généralisée de moutmout*, vous aurez un avant-goùt de ce que peut être l'enfer.

*moutmout: minuscule moucheron pratiquement invisible à l'oeil nu, parfois en quantité telle qu'il forme un brouillard. Il s'immice partout , les cheveux, les oreilles, le nez, il est minuscule mais avec une gueule énorme. Comme les moustiques il n'attaque que la nuit (de préférence de pleine lune) mais lorsqu'il est en forme peut commencer vers 16 heures

       Chaque jour, à l'heure de marée haute, le "courrier" assure le transport des passagers vers les différents villages dans les îles du Bliss, son trajet au départ du débarcadère de Kafountine commence par le village de Kaïlo, ensuite Boune, Boko et Saloulou pour terminer. Le trajet prend environ 2 à 3 heures et le tarif quelque soit la destination est de 750 fcfa (1,20 euro environ). Ce service est assuré chaque jour grâce au relai de 3 pirogues. En fait l'organisation est identique à celle des taxis brousse, ceux-ci étant remplacés par des pirogues.

Les passagers commencent à se rassembler pour le départ.

On attend que la maréee soit suffisamment haute pour permettre à la pirogue d'approcher du rivage

Carte et itinéraire du "courrier".Si vous empruntez ce mode de transport économique sachez que vous ne pourrez revenir que le lendemain.

Une pirogue spécialement affrétée pour une fête quelconque dans les îles. Sachez que lorsque vous voyez les gros chaudrons d'aluminium se promener c'est qu'il y a de la fête dans l'air

Mais revenons à notre "courrier", les passagers sont montés et on termine par les marchandises

Le départ est donné

Tout au long des bolons, des millions d'huîtres surveillent notre progression

Le débarcadère de Kaïlo, il a perdu son plancher. En fait ce genre de débarcadère n'est plus utilisé depuis longtemps, il était conçut pour les barges transportant les marchandises qui partaient vers Ziguinchor. Les pirogues actuelles beaucoup plus petites accostent directement sur la plage

Le joli village de Boune avec ses cocotiers, c'est un des rares village construit au bord du bolon, en effet près du bolon suppose un risque d'eau saumâtre dans les puits

Les passagers à destination de Boune viennent de descendre, dans ce genre de voyage chaussettes, chaussures à lacets, pantalons longs sont à éviter.

En continuant notre périple, nous croisons une grosse pirogue de transport chargée de coquillages destinés à la construction. En effet en Casamance il n'y a pas de pierres donc le béton est fait à partir de coquilles vides de coques, amassées depuis des siècles par les femmes . Malheureusement ces gisements commencent à s'épuiser. Les coquilles d'huîtres ne sont pas utilsées car trop friables.

Le chef de village nous accueille

Nous passont la nuit chez un couple parent de notre guide

Le chemin de retour d'un des quartiers de Boko, le lit d'un petit bolon, talons aiguilles s'abstenir.

Comme prévu, le "courrier" vient déposer de nouveaux voyageurs et nous embarque pour notre retour à Kafountine