Accueil
Page 1
les locatios
reglementation
paludisme
janvier
histoire
fête des femmes
fête des hommes
sempe kaloon
la royauté
le kankouran
les fétiches
aller à Kaf
réceptifs
aller à Boko
hillol
les bolons
sculteurs
le carnaval
vente de maison
les locatios
culture du riz
le palmier
le village
pecheurs
Page 37
liens

Fête des femmes

Elle a lieu tous les 15 ou 20 ans, appele "Niakaba" dans la rgion de Bignona et "Kassoussou" chez les Karones, c'est en fait un rite d'initiation destiné aux jeunes filles excisées qui sont seules autorisées à entrer dans le bois sacré et nées depuis la dernière cérémonie, elles peuvent donc être, soit très jeunes, soit âgées d'une vingtaine d'année.

A l'origine le cérémonial durait environ un mois, maintenant un peu plus d'une semaine. Elles y apprennent des chants et des danses qui ne peuvent être pratiquées qu'au bois sacré, le respect des anciens, la politesse (il est remarquable à ce sujet de voir les jeunes filles ou jeunes femmes saluant une personne importante ou âgée, esquisser encore couramment une révérance. Le bois sacré, bien entendu interdit aux hommes et gardé tout autour par le redoutable kankouran (malheur celui qui tenterai d'y pénétrer). La sortie est célébrée par des festivités, des danses et des chants et l'organisation d'un gigantesque repas rassemblant quelques centaines de personnes, jeunes initiées et invitées confondues.

L'année 2007 sera probablement la dernière à être célébrée du fait de l'interdiction de l'excision par les autorités, qu'il sera difficile d'appliquer immdiatement mais qui se fera petit petit au fur mesure de l'évolution des mentalités. Il est à noter que c'est une pratique et une tradition essentiellement féminime, qui n'est encouragée ni par la religion ni par les hommes.

Démonstration des différentes danses apprises pendant l'initiation

Ronde des initiées

Le Kankouran tourne autour du bois sacré où se déroule les initiations

Pour montrer leur courage les jeunes filles pénètrent dans le bois sacré en courant

Les jeunes filles sont inquiètes, inquiètes de quitter le giron familial, mais surtout inquiètes de ce qui les attend dans le bois sacré

Les femmes des autres villages sont venues participer à la fête, pour marquer leur différence elles sont toutes habillées dans le même tissus. Chaque villageporte un tissus différent